Le yoga et le cycle féminin

Yoga In My Garden

Aujourd’hui nous abordons un sujet féminin! Nous allons parler des recommandations pour pratiquer en période de règles.

Cette question fait l’objet de nombreuses discussions dans le monde du yoga, et c’est un de ces sujets où plus on cherche, plus on trouve des avis différents! Pour moi, voici la démarche à adopter: apprenez à vous connaître, vous et votre cycle, et écoutez vous! Restez à l’écoute de votre corps et faites ce qui vous fait du bien. Ceci dit, voici un peu plus de détails sur la question, basés sur des recherches sur le cycle féminin, sur l’énergie lunaire et sur mon propre ressenti, depuis que je suis sur un cycle naturel.

Comme vous le savez, même si les règles constituent la phase la plus visible du cycle féminin, « la partie visible de l’iceberg », le reste du cycle présente plusieurs phases aussi. Je suis tombée sur une vidéo qui résume simplement les différentes phases du cycle féminin, si ça vous intéresse c’est par ici.

Sans faire beaucoup plus compliqué, on peut résumer le cycle en 4 phases. Si vous êtes sur un cycle naturel (j’entends par là « pas sous contraceptif hormonal »), peut-être avez-vous noté que votre cycle s’est synchronisé avec celui de la Lune. Les règles arrivent au moment de la Nouvelle Lune et la Pleine Lune correspond à la période d’ovulation. Nous avons donc 4 phases : la Nouvelle Lune (premiers jours de règles), la lune croissante (pré-ovulation), la Pleine Lune (ovulation), lune décroissante (phase pré-menstruelle). Nous verrons donc comment vous pouvez adapter votre pratique pendant ces différentes phases de votre cycle. Cela s’applique aussi si vous n’êtes pas calée sur la Lune, je vous rassure!

Pour la suite de cet article j’ai d’ailleurs décidé de remplacer le terme « règles », que je trouve assez froid et dur, par l’expression « les lunes » (inspiré par Girl Go Green dans ce post, que j’ai trouvé top)!

Mais avant, un petit retour sur le pourquoi de tout ça!

Pourquoi le yoga est bon pour les femmes ?

De manière générale, le yoga active le métabolisme et encourage le bon fonctionnement des systèmes digestif, sanguin et hormonal. Pratiquer du yoga peut ainsi améliorer la circulation sanguine et réguler la production des hormones. 

De plus, le massage que certaines postures procurent aux organes active les fonctions digestive et hormonale du corps. La production d’endorphines pendant la pratique permet d’atténuer les douleurs qui peuvent survenir au moment de l’ovulation ou des lunes.

A plus long terme, le yoga apporte une meilleure connaissance du corps et de soi ainsi qu’une plus grande maîtrise du souffle, ce qui nous permet d’adapter notre pratique et de mieux gérer les éventuelles douleurs liées au cycle.

Phase 1: Nouvelle Lune

Ce sont les premiers jours des lunes. Niveau d’oestrogène bas et contractions utérines pour évacuer le sang venu épaissir l’endomètre au moment de l’ovulation. Résultat: grosse fatigue, crampes dans le bas ventre et douleurs dans le bas du dos. C’est pas la période la plus sympa! Mais pour garder un aspect positif à tout ça, dites vous les filles, que les bons comme les moins bons moments du cycle font partie de notre féminité, et du cycle de la vie!

Energie lunaire: c’est le début d’un nouveau cycle, un moment propice aux nouveaux départs. C’est le moment de poser de nouvelles intentions.

La pratique: on peut passer à une pratique un peu plus douce, tournée vers l’intérieur et l’introspection. On évite les postures trop exigeantes sur l’abdomen (ou on les travaille moins intensément) et on favorise les postures d’ouverture du bassin, des hanches et de relâchement du bas du dos, pour soulager les douleurs. On ralentit aussi sur les inversions dans les premiers jours des lunes, pour éviter d’aller à l’encontre de ce qui se passe dans le corps en amenant un afflux sanguin vers le haut. 

Phase 2: phase croissante

Des derniers jours des lunes, jusqu’à l’ovulation. Les lunes se terminent et le niveau d’oestrogène remonte jusqu’à l’ovulation où il est sera à son pic. Le niveau d’énergie remonte. On se sent confiante et belle, on est plus ouverte et pleine d’énergie! En plus, c’est aussi la période où la peau et les cheveux sont à leur plus beau! 

Energie lunaire: à la suite de la nouvelle lune, une nouvelle énergie s’installe doucement dans le corps. C’est le moment de passer à l’action en utilisant la motivation et la détermination qui caractérisent cette phase.

La pratique: on a plein d’énergie, on en profite pour s’accorder une pratique dynamique et énergique, essayer de nouvelles choses, se challenger et aller plus loin: postures d’équilibre, inversions, pratiques plus rythmées… On va avec le flow! Avec une pratique dynamique et tonique on tonifie le ventre et le dos, et ainsi on apporte plus de support musculaire pour le prochain cycle. 

Phase 3:  Pleine Lune

C’est l’ovulation, le milieu du cycle. L’ovulation entraîne une production progressive de progestérone. Les taux d’hormones dans le sang sont élevés. Des douleurs peuvent parfois se faire ressentir dans le bas ventre: l’utérus se prépare pour accueillir l’ovule en cas de fécondation en épaississant ses parois.

Energie lunaire: c’est une période intense. Les émotions s’intensifient (positives et négatives) et nos qualités et nos défauts aussi. L’occasion de mettre le doigt sur ce qui nous fait réellement vibrer et ce qui ne nous sert plus: un moment d’introspection. 

La pratique: on favorise une pratique tonifiante mais relaxante, pour lutter contre la tempête hormonale et économiser notre énergie. On peut incorporer un peu plus de méditation dans notre quotidien pour se recentrer et retrouver un peu de sérénité intérieure.

Phase 4:  phase décroissante

Cette phase s’étend d’après l’ovulation jusqu’au prochaines lunes. Si l’ovule n’est pas fécondé, pendant cette période, c’est une tempête hormonale dans notre corps: le niveau d’oestrogène baisse et le niveau de progestérone, après avoir atteint son maximum, chute drastiquement. C’est le moment où l’on peut se sentir déprimée, anxieuse, irritable… Le fameux Syndrome Pré-Menstruel (SPM) !

Energie lunaire: l’énergie est descendante, c’est un moment d’introspection, de baisse d’énergie, de motivation, propice au repos et au repli sur soi.

La pratique: la méditation aide beaucoup dans cette phase. On accepte ce qui vient chaque jour et on fait preuve de bienveillance envers soi. Dans les derniers jours avant les lunes, on lutte contre le SPM et on se redonne de l’énergie avec une pratique dynamique mais sans se mettre de pression. On peut également renforcer le bas du dos et favoriser les torsions pour aider le corps à passer en mode « élimination des toxines » pour préparer le prochain cycle, qui débutera aux prochaines lunes.

 

Comment adapter la pratique du yoga pour l’endométriose?

De manière générale, il est conseillé pour les femmes souffrant d’endométriose d’avoir une pratique ciblée sur l’ouverture du bassin, des hanches et du bas du dos pour favoriser la bonne circulation sanguine dans cette zone et sur les glandes endocrines (ovaires, thyroïde, hypophyse en particulier) pour réguler la production des hormones. Evitez les inversions juste avant et pendant toute la durée des lunes, puisque cela favorise un retour du flux sanguin vers le haut du corps, ce que l’on souhaite justement empêcher.

 

J’espère que cela vous aura aidé à y voir un peu plus clair. N’hésitez pas à me faire part de votre expérience et de vos remarques.

Bonne pratique!

Namaste

Suivez-moi

Ou inscrivez-vous à la newsletter