Ma découverte de la méditation

Mis à jour : févr. 28

Aujourd’hui je vous parle de méditation! Non pas que j’en aie percé tous les secrets (loin de là!!) mais j’avais justement envie de partager avec vous mon expérience et mon petit bout de chemin.


Avant de rentrer dans le vif du sujet, un petit aparté (ceux qui assistent à mes cours savent que j’aime bien les digressions!).


L’interprétation occidentale que l’on fait du yoga amène beaucoup de gens à le voir comme une discipline purement physique, et on met souvent de côté tout le reste de ce qui se cache derrière le mot yoga. J’en profite donc pour m’égarer quelques lignes et vous parler des 8 membres du yoga, selon Patanjali (Yoga Sutra de Patanjali). Ces 8 membres sont :


Yama: règles universelles de vie ou code moral (la non violence, la sincérité…)

Nyama: règles de vie envers soi ou discipline personnelle (pureté, contentement, ardeur, étude de soi, dévotion)

Asana: postures, pratique physique

Pranayama: maîtrise du souffle

Pratiahara: retrait des sens (tourner le regard vers l’intérieur)

Dharana: concentration (stabilité de l’attention), diminution des fluctuations du mental

Dyana: méditation (concentration profonde, absorption vers l’intérieur et activité mentale absente)

Sahmadi: accomplissement, réalité ultime, état d’union entre la conscience individuelle et la conscience universelle


Mon interprétation de ces 8 membres est qu’ils constituent à la fois des composantes du yoga et des étapes sur un cheminement, dans cette recherche de soi, vers cet accomplissement après lequel nous courons tous.


La combinaison des trois derniers membres (dharana-dyana-sahmadi) est appelée Samyama, c’est l’état qui entraîne l’esprit à se concentrer sur la « vérité pure », détachée du corps. Je considère que c’est ce sens qui se cache derrière le mot « méditation » tel qu’on l’utilise aujourd’hui.


Tout ça pour vous dire que le yoga englobe un concept beaucoup plus large que ce que l’on voit «en surface», et que la méditation en est une composante à part entière. Et je ferme la parenthèse !


J’ai donc commencé à approcher le yoga par les asana et j’ai longtemps concentré ma pratique du yoga sur ce volet avant de commencer à m’intéresser au reste. Je vous parlerai avec plaisir de tout ça dans un prochain article éventuellement mais pour aujourd’hui restons dans le sujet! Ma première rencontre avec la méditation remonte à quelques années, mais s’est faite bien après que j’ai commencé à pratiquer le yoga. J’avais cette idée en tête que pour “bien” méditer il fallait que je ne pense à rien! Et essai après essai, plus j’essayais de ne penser à rien, plus mon cerveau moulinait et s’agitait. Frustrée de ne jamais arriver à me “vider la tête”, j’ai fini par arrêter d’essayer, me disant que ce n’était pas fait pour moi, que je n’y arriverais jamais. Clairement je n’y trouvais pas la sérénité et le calme que c’était censé me procurer, et j’en sortais plus agacée qu’en commençant!

Donc pendant plusieurs années je me suis concentrée sur le reste, ma pratique physique s’est intensifiée, le yoga s’est infiltré comme un mode de vie, mon hygiène de vie a évolué, ma façon de voir certaines choses et mes rapports aux autres.

Et puis j’ai fait des lectures sur tout un tas de sujets qui commençaient à m’intéresser: le yoga, le fonctionnement du corps, de l’esprit, la naturopathie, le bien-être et le développement personnel… jusqu’au jour où l’on m’a conseillé de lire « Le miracle de la pleine conscience » de Thich Nhat Hanh

Et quel bonheur ! Quand j’ai fermé ce livre je n’avais qu’une envie c’était de m’asseoir, de fermer les yeux et de méditer! Méditer, méditer, méditer ! Un mot qui m’avait fait tellement peur avant, devenu d’un seul coup simple et accessible !


Alors j’ai recommencé depuis le début, en grande débutante de la méditation. J’ai commencé par faire des séances de quelques minutes (5-6 au début) puis j’ai augmenté au fur et à mesure les durées. Et j’ai essayé différentes techniques dont voici quelques exemples :

  • La concentration sur la respiration

  • La répétition d’un mot ou d’une phrase d’intention (mantra)

  • La fixation d’un point comme la flamme d’une bougie ou une pierre par exemple (Yantra)

  • La visualisation (comme par exemple s’imaginer comme un caillou qui coule pour venir se déposer doucement au fond d’un lac, ou comme un grand réservoir qui se remplit et se vide)


J’ai aussi essayé l’application Petit Bambou, dont tout le monde parle depuis quelques temps. Elle est bien pensée et peut être une aide précieuse pour débuter la méditation simplement. Ceci dit je trouve difficile de méditer avec en étant guidée par quelqu’un donc je trouve un intérêt assez limité aux séances guidées présentes sur l’application (ceci ne concerne que moi évidemment). Par contre la fonctionnalité de timer avec la possibilité d’ajouter des gongs intermédiaires est super !


Aujourd’hui, j’ai réussi à identifier ce qui m’aide vraiment pour méditer:


  • Ritualiser ma pratique avec des cristaux, du palo santo, le cycle de la lune etc.. en faire un petit rituel m’aide à être plus disposée lorsque je commence à méditer

  • Mettre un minuteur (avec un signal discret de la fin pour éviter la sortie trop brusque comme la fonctionnalité Petit Bamboo par exemple) pour avoir l’esprit complètement libre pendant la séance

  • Ne pas fixer d’objectif à ma méditation et me laisser porter par ce qui vient. En revanche il peut être bien de fixer une intention sur la pratique (une émotion, un événement, un sentiment sur lequel on veut se concentrer)

  • Toujours commencer par l’attention sur la respiration pour rentrer dans la pratique, puis me laisser porter par le moment pour la suite



Et au quotidien, je sens que la méditation joue un rôle particulier :


  • Je dors mieux et je me sens plus en forme le lendemain quand je pratique avant de me coucher

  • Je me sens plus concentrée, moins dissipée, et j’avance mieux sur mes tâches

  • Je me sens plus calme et moins submergée dans les moments de rush, de stress, ou de fatigue

  • J’arrive à mieux accueillir ce qui me vient, les bonnes choses comme les contrariétés


Je conclurai donc en vous disant que je n’ai pas de méthode « clé en main » pour vous, mais je vous encourage vivement à essayer, à commencer à pratiquer et simplement à explorer ce qui vous convient, ce que vous aimez. Je suis sure qu’il n’en ressortira que du positif.


Et je vais vous laisser sur cette petite phrase:

Une demi-heure de méditation est essentielle sauf quand on est très occupé. Alors une heure est nécessaire.

— Saint François de Sales


Et bonne pratique!


Namaste

© 2020 - Yoga In My Garden

contact@yogainmygarden.com